WINE IN PARIS

Pour tous les amoureux du vin qui sont sans cesse à la recherche de bonnes adresses pour remplir leur verre et partager leur passion

15 septembre 2011

Une odeur surnaturelle

Un livre d’odeurs ! En voilà une idée bien sentie. Car, s’il existe des livres de mots et des livres d’images, qu’en est-il des livres d’odeurs ?

Si j’étais écrivain de senteurs, je consacrerais sans doute un chapitre aux odeurs que j’aime. Le café fumant du petit matin, le gâteau au chocolat frémissant dans le four, l’effluve dégagée par les pages d’un livre vieilli. J’envisagerais sans hésiter un chapitre sur les odeurs de peau, la peau tout juste dorée par le soleil, la peau des bébés, la peau de l’être aimé. Il  y aurait certainement aussi une poignée de pages sur les odeurs qui empestent, la fosse à purin, l’usine à sucre… entre autres choses.

Cependant, une récente expérience me fait dire qu’il faudrait également dédier quelques paragraphes aux odeurs surnaturelles.

927056_22777881

Cela remonte à jeudi soir dernier. Tout commence par une curiosité, celle de découvrir le nouveau bar à vin parisien, revu et corrigé à la manière d’un bar à cocktail*. Ambiance tamisée, cosy, trendy. New Yorkais, mais pas trop. Juste ce qu’il faut pour qu’on ait envie de revenir.

Accoudée au bar, je converse activement avec ma piquante blonde platine, lorsqu’un type chevelu s’avance vers nous. Plus la distance qui nous sépare s’aménuise, moins je sais si l’odeur que je perçois se rapproche de celle d’un déododorant périmé ou bien d’une laque avariée. Certes, tout le monde ne peut pas prétendre être Jean Baptiste Grenouille**, mais dans notre cas, nul besoin d’être doté d’un talent hors du commun pour ressentir un léger picotement à la racine du nez.

Bien campées sur notre tabouret, nous affichons une feinte timidité pour que l’envie lui passe de nous faire la conversation. Proche comme il est, les senteurs infectes deviennent d’une évidence grossière et je cherche coûte que coûte une échappatoire. C’est tout trouvé ! Je plonge mon nez dans le verre de Puligny-Montrachet du Domaine Louis Carillon que je faisais tournoyer quelques minutes auparavant et… enfin, me voilà sauvée ! Le vin s’est ouvert pour laisser libre cours à l’imagination de ses arômes. Du fruit, des fleurs et un fin boisé.  C’est pur, c’est rond et gras avec toujours, un joli support acide.

A nous voir omnubilées par le liquide jaune brillant, le type chevelu s’enfuit. Je regarde mon amie avec un petit sourire en coin. Je crois bien qu’on se comprend… «  Tu savais toi, qu’il y avait une date de péremption sur le déo ? »

Mauvaises, nous sommes mauvaises. Pour noyer notre méchanceté, un autre verre s’impose. A vue de nez, la sélection fait plutôt rêver, accessible pour les petits budgets, flamboyante pour les gros, avec quelques pointures qui font tressaillir, comme Dagueneau, Coche-Dury et que sais-je encore…

Je m’apprête à faire mon choix, mais c’est alors que je crois flancher…. Un parfum, enivrant, séduisant…. Une déclaration, un délice ! Je me retourne et je vois ce jeune homme qui n’est pas vraiment beau mais qui dégage quelque chose d’indicible. Cette fois-ci c’est totalement surnaturel… Passer d’un hirsute nauséabond à un appolon parfumé….

[Quelques secondes de silence]

 Au fait, je vous ai parlé de mon chapitre sur l’odeur de l’homme-vraiment-très-sexy ?

 

La Compagnie des Vins Surnaturels

7 rue Lobineau 75006 Paris   -   09 54 90 20 20

 

*La Compagnie des Vins Surnaturels est un projet à l’initiative des propriétaires de l’Expérimental (lire ici), du Prescription (lire ici) et du Curio Parlor

** Jean-Baptiste Grenouille est le héros (anti-héros ?) du livre Le Parfum de Patrick Süskind

Posté par WINEinPARIS à 17:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire







RETROUVEZ LES VINS DE WINE IN PARIS
WINE in WEB
Catégories
Tags