WINE IN PARIS

Pour tous les amoureux du vin qui sont sans cesse à la recherche de bonnes adresses pour remplir leur verre et partager leur passion

02 janvier 2011

La Negronite Aigüe

Début de l’hiver 2011, indéniablement, il y a un tas de virus qui trainent dans les parages. Le cousin Pierre a une toux très sèche, la cousine Judith a le nez qui coule et le petit Octave à 40 de fièvre. D’ailleurs, j’en suis la preuve (encore) vivante, j’ai passé la soirée du 31 en tête à tête avec mon oreiller, le cœur au bord des lèvres. Un dur souvenir de l’année passée… je préfère en rester là.

Vous l’aurez compris, faute d’activité enthousiasmante, je ne vous parlerai pas de mes escapades vineuses du 31, en revanche, je vais vous exposer à quelque chose de bien plus dangereux

Je préfère vous mettre en garde, je reste dans le registre des virus, et celui que je vais vous présenter est TRES intriguant et TRES contagieux. Il se différencie des autres car il entre fièrement dans  la catégorie des virus spirithueureux*. Cela veut dire que, par la force des choses, personne ne désire en guérir et d’ailleurs,  je crois bien qu’il n’existe pas d’antidote…

Les dangers maintenant énoncés, je vous imagine volontiers, des points d’interrogation dans les yeux, « Mais quel est donc cette addictive maladie ? »

Le virus ? Nommé Negronite, il se caractérise par un goût prononcé pour un certain cocktail, le Negroni, voire même un intér êt démesuré pour ce dernier.

Les symptômes ? Quelques centilitres de Gin,  de bitter (Aperol ou Campari), et de Vermouth Rouge, sans oublier tous les autres petits symptômes qui font la différence.

c070

Pour ma part, je l’ai récemment contracté au détour d’une soirée imprévue, comme quoi, on n’est jamais trop prudent. Il s’agit de se méfier des individus déjà très atteints qui vous proposent, un sourire malin sur les lèvres : « Je vais te faire découvrir LE cocktail parfait à mes yeux ! » Démoniaquement tentant, évidemment.

Il va s’en dire, la Negronite aigüe est fortement corrélée à la qualité des alcools. On préfèrera sans hésiter un gin Plymouth ou Beefeater 24, d’autant plus que ça fait parler les bartenders… et on adore ça, les écouter, accoudées au bar !

De plus, Paris est une terre fertile pour une épidémie de Négronite. On peut la contracter à l’Expérimental pour une première approche festive, la découvrir de façon un peu traditionnelle au Harry’s Bar ou jouer sur la Négronite de luxe au bar Hemingway du Ritz…

Cependant, deux endroits tirent leur épingle du jeu. En effet, elle se contracte paisiblement au Bar du Forum, où dans une ambiance tamisée et très british, vous pourrez regarder, les yeux équarquillés, le barman qui fera fondre l’alcool dans ses doigts pour mettre au point ses créations les plus insoupçonnées. Mais, c’est au Prescription que les plus atteints deviendront incurables, lorsque Fabien et ses variantes électriques et explosives, dans une ambiance New Yorkaise très réussie, vous fera découvrir l’univers rocambolesque du Negroni… Une expérience à faire, et à refaire !

 Méfiez-vous, vous risquez fort de l’attraper en 2011 cette Negronite… La résolution, c’est simplement de boire avec modération !

* Ceci est un néologisme issu de la contraction du mot spiritueux et heureux. Il paraît que c’est très courant de faire ça en Indonésie.

Bar Le Forum 4 Boulevard Malsherbes - 75008 Paris - 01 42 65 37 86

Le Prescription  23 rue Mazarine - 75006 Paris -  01 45 08 88 09

Remerciements à la personne qui m'a contaminée!

Pour la petite histoire... "Variante de l'Americano, ce cocktail datant de 1919 est originaire de Florence, invention du compte Camille Negroni qui avait découvert le gin lors de ses voyages en Angleterre et qui l'ajouta à son cocktail préféré en enlevant le Soda" (Apéro Attitude)

Posté par WINEinPARIS à 15:11 - Bars/ Restaurants - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    En light

    essayez quelques gouttes de campari dans du champagne de préférence non-dosé (extra-brut). c'est aussi très viral comme truc. Au début, je croyais que c'était le cocktail de l'été, c'est celui de toute l'année, en fait. Et comme c'est assez light, c'est vite addictif.

    http://bonvivantetplus.blogspot.com/

    Posté par nicolas de rouyn, 03 janvier 2011 à 16:51
  • Huuuuum

    Une fervente amatrice de Champagne comme moi n'hésitera pas une seconde à tester ce truc viral...
    Merci pour le conseil!

    Posté par Paloma, 03 janvier 2011 à 20:32
  • Bonne année 2011 !

    bisous

    Casa

    Posté par Casa Dolce Casa, 07 janvier 2011 à 23:44

Poster un commentaire







RETROUVEZ LES VINS DE WINE IN PARIS
WINE in WEB
Catégories
Tags