WINE IN PARIS

Pour tous les amoureux du vin qui sont sans cesse à la recherche de bonnes adresses pour remplir leur verre et partager leur passion

16 mai 2010

Thèque my breath away

Cela commence à faire un moment que je n’ai pas eu le souffle coupé. La dernière fois, cela devait être un matin où j’avais eu des velléités d’aller courir pour garder la forme, et bien entendu, cela m’avait laissé hors d’haleine pendant de très longues minutes. Je m’étais donc promis que désormais je ne courrai plus que dernière quelque chose (ou quelqu’un) qui en valait vraiment la peine ; ou bien, en cas de force majeure, derrière le bus s’il me passait sous le nez. Depuis je n’ai pressé le pas que pour la seconde raison… Passons.

Je sais bien ce qui pourrait me couper le souffle à nouveau : des paysages magnifiques, une nouvelle saisissante ou encore une coupe d’un champagne d’exception avec un homme d’exception. Mais comme vous l’aurez compris, aucune de ces trois choses ne m’est arrivée récemment. C’est pourquoi, pour éviter de passer un après-midi entier à ressasser des souvenirs, à retenir mon souffle pour la centième fois devant Top Gun et à attendre que Maverick plonge ses yeux ténébreux dans les miens au son de « Take my breath away », j’ai opté pour une session de shopping compulsif, exécrable pour le porte-monnaie, mais excellente pour le moral.  

Une fois les bras chargés de paquets, il va sans dire qu’un petit tour au Lafayette Gourmet s’impose afin de terminer la journée sur une petite note gourmande. Fidèle à moi-même, je ne peux résister à entrer dans la bibliothèque des vins, mais, quelle ne fut pas ma surprise de m’apercevoir qu’au fond de la boutique, s’ouvraient les portes de la Bordeauxthèque une nouvelle cave réservée exclusivement aux vins de Bordeaux. Sans hésiter, je m’y engouffre avec intérêt. Le hasard avait apparemment décidé de me sourire car je me suis retrouvée nez à nez avec l’heureux meneur de ce subjuguant projet. C’est donc à la lueur de ses explications et de ses démonstrations que j’ai pu découvrir les secrets et les pépites de la Bordeauxthèque.

Bordeauxtheque00024 Photo: Daniel Bardou

A l’entrée des vins d’appellation, aux prix abordables et d’une qualité certaine, présentent Bordeaux pour nous rappeler qu’il existe d’agréables flacons à notre portée. Face à eux, exposées devant un miroir pour donner un effet très « Andy Warhol », les bouteilles du viticulteur mis en haut de l’affiche ce mois-ci, vous attirent l’œil en un instant. Plus loin, vous trouverez les seconds vins et les vieux millésimes remontant aux années 70. Mon souffle commence déjà à ralentir…

Et puis, s’offrent à vous les Grands Crus Classés. Fiers et dignes, ils déclinent devant vous leurs plus beaux millésimes. Non contents de nous présenter les monstres sacrés de Bordeaux, ils ont voulu que la magie de l’endroit réside dans le fait que l’on trouve au moins deux millésimes pour chaque vin. Pour certain, l’on peut même compter jusqu’à dix ! Aussi, les bouteilles au format exubérant ne sont pas oubliées : Impériales, Jéroboams, et Nabuchodonosors se pavanent sous vos yeux incrédules. Je commence réellement à perdre mon souffle… 

Au cours de la visite, pour maintenir un suspense latent, mon hôte m’a savamment tenue éloignée de la pièce circulaire qui s’élève tel un sanctuaire au cœur de cette cave féérique. J’y entre enfin, et tout à coup j’en ai le souffle coupé. Au centre, vingt-quatre millésimes d’Yquem artistiquement exposés sous plexiglas, magnifient le Sauternes nous montrant les caprices de la robe de ce vin exceptionnel allant de l’ocre foncé au blé doré. Autour, majestueusement disposés, dix millésimes de chacun des cinq premiers Grands Crus Classés de 1855 se donnent la réplique, sous une lumière tamisée et sous le regard torturé des portraits de philosophes grecs de l’artiste américain Jim Dine. Envoûtée, j’explore, je dévisage, je m’imprègne de chacune de ces bouteilles, de ce Yquem 1899, de ce Margaux 1961, de ce Mouton 1945… Je ne sais plus très bien si tout cela est bien réel ou si mon hôte, le regard amusé, se joue de moi depuis le premier instant. 

Et bien non, dans cette cave en plein centre de Paris, l’élégance de Bordeaux est sublimée, telle une œuvre d’art dans une galerie de renom. Loin d’être une simple ballade, la visite de la Bordeauxthèque nous immerge et nous initie aux merveilles du vignoble bordelais. Désormais, si vous voulez avoir le souffle coupé, il n’est plus besoin de courir, ni visionner encore et encore Top Gun, car ici, Bordeaux takes my breath away.

lafayette

 

 

Lafayette Gourmet

Galerie Lafayette

Boulevard Haussmann - 75009 Paris

 

Posté par WINEinPARIS à 23:33 - Caves - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Excellent, cela donne envie de venir y faire un tour !
    A bientôt sur Bordeaux
    Louis

    Posté par Louis, 26 mai 2010 à 13:29

Poster un commentaire







RETROUVEZ LES VINS DE WINE IN PARIS
WINE in WEB
Catégories
Tags