WINE IN PARIS

Pour tous les amoureux du vin qui sont sans cesse à la recherche de bonnes adresses pour remplir leur verre et partager leur passion

09 mai 2010

Incroyable mais vrai

Je ne sais plus trop si ma tête s’est envolée dans les nuages volcaniques ou bien si mon esprit s’est laissé happé par une effrayante marée noire proche de la Lousianne, mais le monde ne tourne plus très rond. Mes doigts frigorifiés par cet étonnant vent glacial de mai, j’en ai presque oublié les blanches touches de mon clavier. Qu’importe, je ressorts mes gros pulls d’hiver, je regarde tristement s’enfuir les quelques tâches de rousseur apparues avec les chauds rayons du soleil des semaines passées, me laissant un teint pâle que seul mon blush Dior préféré peut rehausser. 

Vous avez tous cru, messieurs, que le temps des jupes courtes et des jolis décolletés était enfin arrivé. Que nenni ! Il vous faudra attendre encore un peu. Je vous rassure, vous n’êtes pas les seuls à être dépités, moi qui avais quasiment entamé la saison du rosé avec un enthousiasme surdimensionné et fait quelques emplettes estivales, je retourne à mes classiques hivernaux, avec gourmandise cependant.  

Me que devons-nous boire me direz-vous ? Enfermés dans nos chaumières, nous réalisons que le temps n’est pas clément pour des sorties en ville ou de joyeux pique-niques sur des pelouses surpeuplées. Pas d’inquiétude ! L’autre jour, j’ai eu le bonheur d’aller déguster quelques vins incroyables… « Incroyables !!? » me direz-vous ? Et bien, vous verrez que nous ne sommes pas au bout de nos surprises. C’est dans un grand palace parisien, un de ceux qui nous font rêvé comme des enfants que E. Leclerc nous a fait partager une sélection de 42 vins à des prix accessibles et dont la qualité rivalise avec celle de grands crus classés. Surprenant… Piquée de curiosité, je m’engouffre dans le Plaza Athénée, je rase un peu les murs car, accablée par un vilain rhume des foins, un mouchoir blanc à la main, j’assume mal ce nez rougi et endolori qui ne me montre définitivement pas sous mon meilleur jour. Tant bien que mal, j’essaye de dégager mes petites narines pour laisser les arômes de ces vins réjouir mes sens.  

20100415PHOWWW00060

Mon incroyable marathon commence. Je découvre le rosé de la Famille Abeille, un Côte de Provence aromatique, léger et gourmand, des Bourgogne, des Beaujolais, des Bordeaux aussi avec le Château Haura, un Graves équilibré avec des beaux arômes de fruits. Toutes les appellations sont représentées et, au fur et à mesure, je note minutieusement mes conclusions.

Epuisée mais fière de moi, mon petit papier en poche, je m’apprête à filer quand le directeur des achats me propose de participer à une dégustation à l’aveugle. Je regarde les sommeliers qui m’entourent, peut-être ne serais-je pas à la hauteur, mais c’est trop amusant pour renoncer. Six vins de Bordeaux du millésime 2007, savamment camouflés, nous sont présentés. Nous les goûtons avec précision avec une rare dextérité. Il est important de ne pas perdre le fil, il nous faudra les classer dans l’ordre de nos préférences. Etonnée et dubitative, j’hésite, je revois mon classement, je tente de glaner des informations auprès de mes camarades de jeu. L’heure du verdict arrive… Nos avis ne divergent que très peu, c’est plutôt rassurant mais le rideau va bientôt se lever et les étiquettes nous être révélées. Les trois coups enfin tapés, la stupeur nous envahit ! Incroyable mais vrai, nous avons consciencieusement relégué les monstres sacrés Haut Brion et Cheval Blanc à la fin de notre liste! Les Château Jean de Gué et Château Labadie l’ont emporté et seul Mouton Rothschild sauve l’honneur et se hisse sur le haut de podium.

En quelques minutes à peine, cet excitant exercice a su nous démontrer la subjectivité de la dégustation et les surprises exaltantes que nous réserve ce merveilleux produit. S’il n’est plus besoin de dépenser de gros billets verts pour en mettre plein la vue de nos compatriotes, nous serions fous de ne pas en profiter, et vous me l’accorderez, c’est incroyablement plaisant. Une chose est sûre, que ce soit le climat, nos papilles ou nos certitudes, le monde ne tourne plus très rond !


 

Posté par WINEinPARIS à 12:07 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Boire le vin ou l'étiquette

    J'ai aimé votre article car encore une fois, le vin est meilleur que l'étiquette. Les grands noms sont ces marques de luxe qui, comme dans toute industrie, sont des moteurs importants.
    Mais les vraies pépites se trouvent ailleurs, étouffées dans la masse. Mon plaisir est justement de dénicher ces merveilles et de les faire partager comme vous le faites.

    Posté par Jerome, 11 mai 2010 à 09:28
  • Boire le vin ou l'étiquette

    J'ai aimé votre article car encore une fois, le vin est meilleur que l'étiquette. Les grands noms sont ces marques de luxe qui, comme dans toute industrie, sont des moteurs importants.
    Mais les vraies pépites se trouvent ailleurs, étouffées dans la masse. Mon plaisir est justement de dénicher ces merveilles et de les faire partager comme vous le faites.

    Posté par Jerome, 11 mai 2010 à 09:39
  • Waw la vaaaaaaache, Ca c'est intéressant ! Le genre de dégustation à l'aveugle sur laquelle on ne saurait cracher, et qu'on voudrait bien avaler tout rond ! J'adore le résultat Miss Wine iN Paris !

    Posté par Vicky Wine, 12 mai 2010 à 00:39
  • Merci Jérôme et Merci Vicky pour vos messages!
    Il est vrai que c'est toujours surprenant et intéressant de faire des dégustations comme celle-ci!
    EN effet, on découvre parfois de nouvelles pépites comme ça!

    Posté par Paloma, 16 mai 2010 à 23:40
  • MBT Men Shoes

    I remember this stuff, apparently they are still working on how long it lasts. Last time I heard they only last less than a 2 years.

    Posté par cheap mbt, 18 juillet 2010 à 02:22

Poster un commentaire







RETROUVEZ LES VINS DE WINE IN PARIS
WINE in WEB
Catégories
Tags